Yann LAYMA

 

EN VENTE SUR CE SITE :
La grande muraille de Chine (031)
École bouddhique à Sichuan (032)
Parc d'élevage de crabes (033)
Gare de triage de Sujatun (034)
École primaire à Yunnan (035)
China, stream locomotive in the north east (086)
Gare de triage de Sujatun (095)


Né en 1962 à Lannion en Bretagne, Yann Layma se passionne dès l'enfance pour l'entomologie qui lui a inculqué très tôt le goût pour l’observation méticuleuse, la patience, et la passion du voyage. Sa démarche de photographe, basée sur le respect et la méthode, doit beaucoup à cette formation initiale, qu’il cite volontiers. En effet, c’est avec la patience et l’obstination du chasseur de papillons que Yann Layma mènera son travail de photographe.

1979. La Chine délivre les premiers visas individuels. Au même moment sort le magazine Géo. Une véritable vocation va naître : faire le portrait de ce gigantesque pays. La photographie devient son outil. Yann Layma se prépare en étudiant le chinois à l'Institut des Langues Orientales à Paris. Il complète sa formation à l'European Business School.

Parti un an pour un programme de cours à l’université de Taipei, son apprentissage de la langue et de la culture chinoise conforte son ambition d’embrasser la Chine dans sa totalité.

1984. Du sommet de l'État arrive un coup de pouce du destin. Le président Mitterrand l'accepte pendant un an dans les coulisses du pouvoir pour un reportage sur la vie quotidienne de l'Elysée. 

1985. Nouveau scoop : Yann Layma pénètre en Corée du Nord, le pays le plus fermé au monde.

Depuis, Yann Layma collabore régulièrement avec les grands magazines internationaux  : Paris Match, Le Figaro Magazine, Géo (éditions française, allemande, espagnole, coréenne et japonaise), Stern, Life, Time, Newsweek, New York Times, Sunday Times, Asahi Shimbum, El Païs, Epoca, etc.

Mais la Chine demeure la passion de sa vie. En vingt ans d'explorations et de découvertes dans l'immensité chinoise, Yann Layma signe plus de trente reportages et pose au quotidien un regard tendre sur l'ensemble du pays.

Dès 1985, Yann Layma collabore avec l'Association des Photographes Chinois, pour qui il crée la première bibliothèque photographique de Chine.

1993. Yann Layma réalise un film sur les rizières suspendues de la région du Yunnan : « Les sculpteurs de montagnes ». Ce film obtient de nombreuses récompenses dont celles du Festival de Banf au Canada, du Festival de Graz en Autriche, ainsi que le Prix européen du film d'environnement.

Depuis 1995, ses reportages sont régulièrement publiés dans la presse chinoise (Popular Photography, China Travel Tourism, Photo Companion, etc).

Du 1er octobre 2004 au 15 février 2005 sur les grilles du jardin du Luxembourg, côté rue de Médicis, le Sénat présente une exposition de photographies de Yann Layma, intitulée “Les 108 portraits du Dragon”. Cette exposition est constituée d’images en grand format réalisées au cours des vingt années passées en Chine.

Comme le suggère son titre, cette exposition est une rétrospective du travail de Yann Layma, qui explore tous les aspects de la réalité et du mythe chinois depuis 1984 avec l’ambition initiale et jamais abandonnée d’en établir un portrait aussi complet et juste que possible. Selon un proverbe chinois, la vérité à mille visages. C’est fort de cette conviction que Yann Layma a choisi le nombre 108, nombre d’or qui symbolise la complétude en Orient, afin de dévoiler un pays et une culture dans leur totalité.

Depuis plus de vingt ans, ce photographe hors pair qu'est Yann Layma s’est consacré à la Chine. Il a promené un regard d’entomologiste, passionné et respectueux, sur ce pays-continent, héritier d’une civilisation millénaire et l’un des grands pôles de l’humanité d’aujourd’hui. Il en a capturé les multiples reflets. Là-bas, il a récolté mille morceaux de vie et les a cousus au fil d'or pour fabriquer un admirable portrait d'où s'échappent couleurs et senteurs, contrastes et sensibilités.

Yann Layma a laissé son oeil s’imprégner des contrastes et de la diversité du pays, restituant sa tradition et sa modernité et nous faisant partager l’âme de son peuple. Avec un regard tendre, il s’attache à témoigner de la vie des gens et de leur culture d’une extraordinaire variété.

Au cours de ces années de voyage et d’explorations dans l’immensité chinoise, Yann Layma rapporte plus de cinquante reportages, qui lui permettront de transmettre son expérience et sa vision d’un pays méconnu et dont la perception par le monde occidental est souvent limitée à des aspects politiques.

L'histoire unique de Yann Layma avec la Chine lui vaut un vif intérêt des médias chinois. Plusieurs émissions sur ses pérégrinations sont diffusées par les télévisions nationales. Il est fréquemment invité sur les plateaux de télévision et la presse écrite lui consacre de nombreux articles et interviews.

Une reconnaissance réciproque : Yann Layma, alias Yan Lei, est reconnu par ses pairs chinois, comme le seul photographe à pouvoir présenter un portrait complet de la Chine contemporaine.