Philip PLISSON

 

EN VENTE SUR CE SITE :
Le phare du four (068)
America's cup (070)


Né le 17 janvier 1947, Philip Plisson a été élevé sur les bords de la Loire entre Beauce et Sologne.

A l'âge de 4 ans, Philip Plisson découvre La Trinité sur Mer. Ilapprend très tôt à naviguer à bord d'un Moth. Puis il barre en compétition des dériveurs : comme le Mousse, le 420 et surtout se passionne pour le 5O5, il en usera 4.

C'est certainement la grand-mère paternelle de Philip Plisson qui sert de déclencheur en lui offrant, pour sa communion, son premier Ultra-fex. Dès l'été 1956, à bord de sa plate, dans la rivière de La Trinité, le jeune blondinet réalise ses premiers portraits de yachts. Pourtant, Philip ne prend pas le large de sitôt. C'est à terre qu'il fait ses premiers pas professionnels.

Après 5 ans d'une expérience commerciale très enrichissante comme représentant en sous-vêtements féminins, Philip Plisson se lance en 1974 avec tous les risques dans l'aventure photographique. Il avait décidé qu'il vivrait de la photo avant l'âge de 30 ans. En quelques années, l'activité se développe. Les clients du nouveau photographe sont de plus en plus nombreux.

Dès 1980, les Ateliers Philip Plisson qui en plus de la photo ont développé un studio de création publicitaire, réalisent près de 10 millions de francs de chiffre d'affaires et emploient 11 personnes.

On revient toujours à ses premières amours. En 1982, Philip Plisson se jette à l'eau en participant à la course transatlantique La Rochelle / La Nouvelle Orléans avec Guy Delage.

La traversée est sportive à bord du Prao " Lestra-sport " . En 31 jours, Philip Plisson perd 14 kilos. A la grande surprise de tous, le couple Plisson-Delage mène la course en tête mais se fait doubler dans le chenal d'arrivée en Louisiane par… Marc Pajot !

Entre 1982 et 1990, le photographe hors pair qu'est Philip Plisson multiplie les reportages dans le monde de la voile et de la presse spécialisée. Il couvre la Course au Large et la Coupe de l'America et réalise des prises de vues publicitaires pour les grands chantiers de l'industrie nautique.

Installé définitivement à La Trinité, le marin-photographe ouvre en 1988 sa première galerie à l'emplacement de l'ancienne criée (11m²). C'est dans cette ville qu'il conçoit en 1990 son premier "Pêcheur d'images", une vedette de 11 mètres, armée spécialement pour la prise de vue en mer.

Amoureux fou de la mer, Philip Plisson sait faire preuve d'un enthousiasme communicatif pour tout ce qu'il voit, tout ce qu'il fait et tout ce qu'il photographie.

Lorsque Philip Plisson est nommé Peintre de la Marine en 1991, les portes du Palais de Chaillot s'ouvrent en grand pour présenter ses œuvres à plus de 51 000 visiteurs. La notoriété du photographe va grandissant.

En 1993, il publie avec Bernard Le Nail, Directeur de l'Institut Culturel de Bretagne, l'album " Bretagne, Pays de Mer ". Philip Plisson s'intègre bien dans la Royale. Entre autre, il vit les dernières heures à la mer du croiseur " Colbert ", il passe le Cap Horn à bord de la Jeanne d'Arc , plonge plusieurs jours à bord du sous-marin nucléaire" le Foudroyant ", participe à des missions de reconnaissance à bord des " Atlantique ". C'est également lui qui réalise, en compagnie de son fils Guillaume, le spectacle pour le retrait du service actif du Porte-Avions " Clémenceau ".

Soucieux de conserver le souvenir de grands faits historiques, c'est Richelieu qui aurait créé le corps des peintres de la Marine.

Aujourd'hui le ministre de la Défense nomme " Peintres du Département de la Marine " sur proposition de la Marine, et pour trois ans renouvelables trois fois avant d'être titularisé, les artistes qui ont consacré leur talent à l'étude de la mer, de la Marine et des gens de mer.

Ce titre donne droit au port de l'uniforme et à l'équivalence de grade :
- Lieutenant de Vaisseau pour les peintres agréés
- Capitaine de Corvette pour les peintres titulaires.
La marine facilite entre autre l'accès des arsenaux et des navires, à ses peintres ce qui leur permet de travailler dans de bonnes conditions.

Cette distinction autorise les artistes à associer la célèbre petite ancre à leur signature.