Aquarelle :

Peinture dans laquelle les pigments de couleur sont dilués dans l'eau et fixés avec la gomme arabique (agglutinant tiré de l'acacia). Le principe même de l'aquarelle est la transparence, le support étant parfois en réserve pour les lumières.

 

Aquatinte ou Aquateinte :

Gravure à l'eau-forte imitant le dessin au lavis. Elle permet de créer des zones aux tons subtils ainsi que des lignes gravées avec beaucoup de minutie. L'aquatinte fut adoptée à la fin du XVIIIe siècle.
On utilise généralement une plaque de métal que l'on saupoudre d'une fine couche de résine et que l'on immerge dans un bain d'acide destiné à mordre le métal autour de chaque grain. La surface ainsi obtenue retient bien l'encre, uniforme, mince et granuleuse. Il est possible de réaliser des tons plus clairs à l'aide de vernis résistants à l'acide, et des tons plus foncés en prolongeant le temps d'exposition à l'acide.

 

Batik :

Le batik est un mot d'origine malaise et indonésienne qui signifie « ce qui se dessine, s'écrit, se peint ». C'est avant tout une technique de teinture sur tissu, fondée sur le principe de ce que la cire et l'eau ne se mélangent pas. L'application préalable de la cire empêche la couleur de pénétrer le tissu. Après retrait de la cire, le procédé peut être répété de nombreuses fois jusqu'au résultat souhaité. Les couleurs, motifs, techniques et instruments divergent selon les régions mais le batik de Java est habituellement considéré comme la forme classique de cette technique de teinture.

 

Biseau :

Bord incliné à l'intérieur de la fenêtre d'un passe-partout. Le biseau donne à l'encadrement une profondeur agréable à l'œil. Celui que l'on trouve le plus souvent est le biseau à 45°.

 

Biseau anglais :

Principe du biseau dont la profondeur est renforcée par un matériau également biseauté, de relative épaisseur, qui est posé sous le passe-partout.

 

Camaïeu :

Désigne un travail pictural monochrome jouant sur les teintes et les tons au sein d'une même couleur.

 

Cercle chromatique :

"Newton a fait du blanc avec toutes les couleurs. La belle affaire, vraiment, pour que vous en fassiez une telle histoire !" Le grand poëte allemand Goethe polémiquait en ces termes contre le grand physicien anglais Newton, plus d'un siècle encore après que le savant eut proposé un nouveau système des couleurs qui faisait de l'ancien système linéaire un cercle et renonçait à l'ancien principe d'organisation selon les valeurs du clair et du foncé.
Le cercle chromatique de Newton - avec notre dénomination des couleurs, mais en gardant les lettres-symboles choisies par le physicien - comporte sept couleurs selon la séquence suivante : rouge(P), orange(Q), jaune(R), vert(S), bleu(T), indigo(V), violet(X). Le noir et le blanc en ont disparu. Le milieu du cercle est attribué au blanc pour signifier que la somme de toutes les couleurs ensemble produit la lumière blanche.

 

CFC :

Composant chimique chloré, le chlorofluorocarbure, gaz à effet de serre

 

Cimaise de présentation :

Corniche destinée à recevoir des tableaux dans les musées et les galeries. Au XIXème siècle, on disait d'un peintre qui exposait dans les salons qu'il avait obtenu les "honneurs de la cimaise" s'il était parvenu à faire accrocher son tableau bien en vue.
La
cimaise de présentation est maintenant fréquemment utilisée en tous lieux publics ou privés. C'est une installation évolutive qui permet de renouveler souvent le décoration.

 

Contrecollé :

Un contrecollé est un produit complexe constitué de trois éléments distincts : le papier de surface (qui donne la couleur), l’âme du carton (qui donne l’épaisseur et la couleur du biseau) et le papier de dos (qui assure la planéité).

 

Couleur :

On nomme couleur la perception par l'oeil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).

 

Couleurs chaudes :

Ce sont des couleurs faisant penser au soleil et à la chaleur. Ces couleurs font partie de la gamme des jaunes, des orangés allant jusqu'au rouge.

 

Couleurs complémentaires :

Couleurs diamétralement opposées sur le cercle chromatique. Par exemple, le violet est la couleur complémentaire du jaune.

 

Couleurs froides :

Plus une couleur est mélangée avec du bleu, plus elle semble froide.

 

Couleurs primaires :

Couleurs qui ne peuvent être obtenues par le mélange d'autres couleurs. Ces trois couleurs sont le rouge, le jaune et le bleu. Ce sont les couleurs de base. Les pigments purs de couleurs primaires sont le magenta (rouge-bleu), le cyan (bleu-vert) et le jaune.

 

Couleurs secondaires :

Couleurs obtenues par le mélange en égale quantité de deux couleurs primaires. Les couleurs secondaires sont le violet, l'orange et le vert.

 

Couleurs tertiaires :

Couleurs obtenues par le mélange des couleurs voisines sur le cercle chromatique.

 

Cyan :

Le cyan est une couleur pure de la lumière de longueur d'onde 500 nm. Elle est souvent appelée bleu clair ou bleu ciel. C'est un mélange de lumières bleue et verte. Le cyan est le complément du rouge : les pigments cyans absorbent la lumière rouge et diffusent les lumières verte et bleue.
Le cyan est une couleur de base pour la synthèse soustractive utilisée en imprimerie.

 

Encre de chine :

L'encre de chine est une encre noire faite à base de noir de fumée et de matières gommeuses. Elle peut se trouver sous forme liquide (en tube, pots ou recharges pour stylo plume ou stylo bille) ou solide (sous forme de pierre).

 

Fenêtre cartouche :

La technique de découpe des fenêtres cartouches est particulièrement utile pour présenter les gravures possédant un titre ou une courte légende en cartouche.

 

Fenêtre-image :

La fenêtre-image est l'ouverture taillée dans le passe-partout permettant de voir l'image.

 

Finition anodisée :

Anodisation : procédé électro-chimique qui consiste à développer à la surface de l'aluminium une couche d'oxyde protectrice et présentant la faculté de pouvoir être colorée.

 

Finition brossée :

Brossage : traitement mécanique qui consiste à créer de fines rayures sur la surface de la pièce. La finition brossée ne concerne que la tranche de la baguette d'encadrement

 

Finition florentine :

Brossage en croix sur toute la surface visible de la baguette d'encadrement.

 

Finition laquée :

Laquage : mise en couleur effectuée avec des peintures liquides dans le processus continu et avec des poudres de type polyester dans le processus discontinu. Les poudres sont appliquées par procédé électro-statique pour une bonne répartition de la couche de laque. La laque est polymérisée par cuisson au four.

 

Gouache :

La gouache, de consistance épaisse, est une peinture dans laquelle les couleurs détrempées avec de l'eau et de la gomme arabique sont rendues pâteuses par addition de miel, de glycérine ou de dextrine. Plus ou moins mélangées de blanc de plomb, elles sont opaques et couvrantes.

 

Gravure ou Estampe :

La « gravure » désigne à la fois une technique et son résultat. L'objet gravé (en pierre, en métal ou en bois) est enduit d'encre puis pressé sur un support papier. Il existe une multitude de variantes de méthodes de gravure et de supports utilisés.
Les épreuves sont produites en nombre limité puis généralement signées par l'artiste, ce qui leur confère une valeur particulière.

 

Laminage :

Le laminage consiste à assembler sur un support un ou plusieurs documents (photographies, affiches, etc...). Simultanément, un film protecteur, parfaitement transparent et invisible, est appliqué sur le document, lui conférant une surface lavable, anti-UV et anti-reflet. Finition satinée. Aspect final très légèrement granité, qui met particulièrement bien en valeur toutes les images. 

 

Lignine:

La lignine est la substance qui solidifie les cellules du bois (en latin, Lignum signifie bois). Elle est riche en acide et c'est elle qui s'activera irrémédiablement et viendra « brûler » les papiers. Ainsi, si vous utilisez un carton gris et que vous posez dessus un document papier, après quelques années, vous constaterez une brûlure (tâche jaunâtre) de votre papier due aux remontées acides de la lignine contenue dans le carton gris.

 

Lithographie :

La lithographie est une technique d'impression qui permet la création et la reproduction en de multiples exemplaires d'un tracé exécuté à l'encre ou au crayon sur une pierre calcaire. Après une préparation chimique, le gras contenu dans l'encre ou le crayon (le dessin) est fixé sur la pierre.
La lithographie est à l'origine de la technique moderne de l'offset.

 

Magenta :

Le magenta est ainsi nommé car c'est la teinte de l'un des premiers colorants à base d'aniline, découvert juste après la bataille de Magenta.
Cette couleur est parfois désignée par le terme fuchsia, du nom de la fleur nommée d'après Leonhart Fuchs.

 

Marie-louise :

La marie-louise est un « petit cadre » à part entière qui s'insère à l'intérieur du cadre. Elle permet de neutraliser les tons, évitant ainsi un ton sur ton qui pourrait écraser les dominantes d'une oeuvre. Elle est souvent écrue ou blanche, car le blanc, en plus d’un « effet neutre », apporte de la profondeur et de l’éclat.
On la choisit souvent avec un nez doré car le filet « or » apporte lumière et intensité.
Aujourd'hui, les baguettes d'encadrement aluminium permettent aussi de faire une marie-louise.
Ne pas confondre marie-louise et passe-partout.

 

Méplat :

Qui a plus de largeur que d'épaisseur.

 

Papier barrière :

Papier ou carton posé entre le fond du cadre et le document pour faire barrage à la migration acidique.

 

Papyrus :

Le papyrus inventé il y a près de 5000 ans en Égypte, est l'ancêtre du papier. La plante qui lui donne son nom sert à sa fabrication. Les tiges coupées en fines tranches sont placées en couches, positionnées perpendiculairement les unes sur les autres puis compressées.
Même s'il n'est plus employé comme support d'écriture, le papyrus continue à être fabriqué de manière artisanale, pour un usage artistique. 

 

Passe-partout :

Bordure biseautée en carton ou contrecollé autour d'un sujet. On emploie aussi le terme de "cache". Nos grand-mères l'appelait "cache-misère" parce qu'il permet de masquer les bords abîmés d'une image et ainsi lui redonner un meilleur aspect. 

 

Passe-partout à marges égales :

Cette solution convient à la majorité des sujets. La présentation est toujours harmonieuse. 

 

Passe-partout à marges inégales 2 à 2 :

Cette présentation plus originale permet de valoriser le sujet et donne plus d'ampleur au cadre. Elle permet aussi de réaliser un encadrement rectangulaire à partir d'un sujet carré. 

 

Passe-partout à marges libres :

Cette formule a pour but de créer un encadrement vraiment original. Avec elle, un sujet même anodin, peut devenir spectaculaire, drôle ou poétique. 

 

Passe-partout avec talon :

Cette présentation donne une valeur exceptionnelle au sujet même s'il est de petite taille. Le passe-partout avec talon est très utilisé pour réaliser des expos de photos ou encadrer des oeuvres de grande valeur mais de petites dimensions.

 

Passe-partout doubles :

Comme leur nom l'indique, les passe-partout doubles sont formés de deux caches superposés, ou plutôt d'un cache et d'une sous-carte, la sous-carte dépassant légèrement sous le cache dans l'encadrement de la fenêtre. Ils permettent de rehausser le sujet en créant une plus grande sensation de profondeur ou en jouant sur les couleurs complémentaires ou contrastées.

 

Passe-partout incisés :

Ces passe-partout se caractérisent par une incision en "V" qui joue le rôle d'élément décoratif en révélant la teinte de l'âme du contrecollé.

 

Passe-partout incrustés :

Il est possible d'obtenir un effet identique à celui des passe-partout doubles avec sous-carte en découpant et en juxtaposant deux couleurs sur une même épaisseur de contrecollé.

 

Passe-partout multivues :

Les passe-partout multivues ou passe-partout à ouvertures multiples permettent de réunir dans un même cadre des photos de famille ou une série de photos sur un même thème, par exemple. La mise en place dans un même cadre de plusieurs images produit un effet captivant, de plus en plus apprécié.

 

Passe-partout surélevé :

Cette présentation appelée aussi « montage en fenêtre » consiste à créer un effet de profondeur dans l'encadrement en sur-élevant le passe-partout. Le sujet semble plus précieux, plus captivant. Cette formule convient davantage aux petits sujets (inférieurs à 20 x 30 cm).

 

Pastel :

Le pastel est un composé de pigments et de craies liés par de la gomme arabique. Les bâtonnets sont friables et laissent des pigments sur le support en s'accrochant à ses pores. L'instabilité du pastel permet à l'artiste d'étaler des pigments de pastel sur le support même une fois disposés dessus afin de mélanger les couleurs ou de créer des effets de fondus.

 

Patchwork :

Le Patchwork est un art du pauvre né en Amérique pendant la conquête de l'Ouest. Pendant la dure aventure des pionniers, les femmes courageuses et inventives réparaient et raccommodaient vêtements et couvertures avec les moyens du bord.
Avec ses harmonies surprenantes et sa joyeuse créativité, cette façon de faire du neuf avec du vieux est devenu un art en soi et un loisir toujours apprécié.

 

Peinture numérique :

La peinture numérique est une forme d'art naissante dans laquelle les techniques traditionnelles de la peinture, telles que l'aquarelle, les huiles, l'impasto, les fusains, aérographes, etc... sont appliquées à l'aide d'outils numériques grâce à un ordinateur, une tablette graphique, un stylet et un logiciel. La peinture numérique diffère des autres formes d'art numérique (ex : retouche photo) parce qu'elle n'implique pas que l'ordinateur s'appuie sur un modèle. L'artiste emploie des techniques de peinture pour peindre directement sur l'ordinateur.

PH :

L'acidité et l'alcaléïnité d'un produit sont des paramètres qui se mesurent à l'aide d'une échelle appelée PH (potentiel hydrogène) qui va de 0 à 14. Le PH est un terme de chimie indiquant le caractère acide ou alcalin d'un produit, selon son affinité à l'hydrogène : un PH 0 indique une solution complètement acide, un PH 14 indique une solution complètement basique. La neutralité ou point d'équilibre se trouve à 7, on dit que c'est une solution à PH neutre.

Plastification :

Méthode consistant à recouvrir le sujet d'un mince film de plastique appliqué à la presse à chaud.

Pozidriv (Empreinte Pozidriv) :

 La vis empreinte Pozidriv (couramment appelée vis Pozi) est plus récente que la vis cruciforme (embout Phillips) et se répand de plus en plus. Elle a été conçue dans le même esprit que la vis cruciforme, sauf que l'empreinte a une forme légèrement différente, telle qu'en fin de vissage, l'embout n'échappe pas. C'est le tournevis (pneumatique ou électrique) qui s'arrête, car il est équipé d'une limitation de couple. Cette technique réduit la fatigue de l'opérateur en grande série. De plus, un couple plus important peut être appliqué.

Les embouts Pozidriv sont marqués « Z » suivi d'un numéro. Les vis Pozidriv sont reconnaissables facilement : l'empreinte a une forme d'étoile à huit branches : quatre grandes comme les Phillips plus quatre petites décalées de 45°.

Sanguine :

La sanguine est une argile ferrugineuse dont les teintes vont du rouge clair au violacé : « sanguine brûlée ». Elle est employée comme couleur, puis, vers la fin du XVème siècle, on l'utilise pour le tracé du trait pour le dessin. La sanguine est très à la mode au XVIIIème siècle.
Sa couleur « chair » en fait un médium favori pour dessiner les nus.

 

Sérigraphie :

La technique consiste à faire passer de l'encre au travers d'un pochoir. L'encre se dépose ainsi sur le support en y dessinant les formes ouvertes du pochoir. Ce dernier est appelé un écran. La sérigraphie permet d'imprimer sur n'importe quel support (papier, tissu, bois, métal, verre, etc ...). Elle permet des créations extrêmement colorées, pouvant atteindre de grandes dimensions.

 

Sous-carte :

La sous-carte est un élément qui souligne et apporte le raffinement à l'encadrement. Elle se place sous le passe-partout ou sous le biseau ou sous les deux. Elle est généralement étroite : de 0.1 à 0.3 cm. Elle peut aussi remplacer un deuxième passe-partout avec un dépassement de 0.5 à 1 cm. 

 

Sujet flottant :

Avec cette technique appelée aussi « montage sur dalle », le sujet semble « suspendu ». L'effet de profondeur donne un certain mystère à la présentation.

 

Sumi-e :

Le Sumi-e est une technique minimaliste à l'encre de chine qui regroupe peintures et calligraphies, née en Chine puis reprise par les artistes japonais au 14ème siècle. 
L'art du Sumi-e est une méditation et une réflexion avant le dessin, dans la préparation des matériaux, dans l'acte de peindre. Le sumi-e est un exercice spirituel lié à la contemplation. 

 

Triptyque :

Un triptyque est une œuvre peinte ou sculptée en trois panneaux, dont les deux extérieurs (volets) peuvent se refermer sur celui du milieu. Ce format se développe essentiellement aux XIIe et XIIIe siècles, dans le cadre de la peinture religieuse en Europe. Le triptyque entre dans la famille plus large des tableaux polyptyques.

 

V.Groove :

Voir "passe-partout incisé".

 

Verre organique :

Matière plastique transparente remplaçant le verre dans les cadres. Son avantage : beaucoup plus léger que le verre et beaucoup plus résistant.